recherche

REVODOC

écoutez

Recherchez dans d'autres bibliothèques du Val d'Oise

Lire l'article complet
Partager "REVODOC" sur facebookPartager "REVODOC" sur twitterLien permanent
Prochains évènements
écoutez

5-7 rue de Mora
Enghien-les-Bains

01 34 28 42 28

mediatheque@enghien95.fr

Mardi 10h-12h / 14h-18h

Mercredi & Samedi

10h-18h
Vendredi 10h-12h / 14h-19h
Partager "Horaires" sur facebookPartager "Horaires" sur twitterLien permanent
écoutez

Partager "lien de sites internet" sur facebookPartager "lien de sites internet" sur twitterLien permanent
AccueilDernières critiques

Dernières critiques

 

Coming home (Zhang Yimou)

note: 4Je ne t’oublierai jamais Les bibliothécaires - 20 septembre 2017écoutez

Dans Coming home Zhang Yimou nous présente de façon dramatique le contexte social de la Chine pendant la révolution culturelle à travers la figure de son actrice préférée Gong Li. Celle-ci campe une mère de famille déchirée entre sa fille fidèle au partie unique et son mari prisonnier politique de par ses engagements. La fille rêve d’être la danseuse principale d’un ballet, mais le rôle lui échappe de par sa filiation, elle décide donc de dénoncer son père. La douleur provoquée par cette suite de drame rendra le personnage de Gong Li amnésique, tout comme ce pays qui refuse de voir la déchirure provoquée par la révolution culturelle de Mao. La critique du régime imprègne l’intrigue du film mais celle-ci se fait sans violence, le pardon est le maître-mot.
Un film émouvant porteur d’espoirs. R.V.

Ouï (Camille)

note: 5Ouï, trois fois Ouï Les bibliothécaires - 2 septembre 2017écoutez

Depuis 15 ans, Camille trace son sillon dans la chanson française. Chaque album diffère du précédent et de désir d’originalité renouvelé participe de sa singularité.
Ecouter un album de Camille, c’est une expérience auditive, certes, mais également sensuel. Dans sa musique, le corps et son potentiel percussif entrent en jeu mais aussi le souffle, la voix. La voix sous toutes ses formes : chœurs, vocalises, syllabes répétées à l’envie. Sur cet album encore, on ressent son amour des mots et leur association, elle les croise, les fait rimés pour créer un rythme, parfois au mépris du sens. Mais le plus souvent, ses mots sont sensibles, poétiques et subtiles. A écouter absolument son texte « Fontaine de lait ». CG

Grands mythes (Les) (François Busnel)

note: 5Si les Dieux nous étaient contés Les bibliothécaires - 2 septembre 2017écoutez

Tout le long des 20 épisodes de cette brillante série, François Busnel décortique les mythes grecs. Les premiers épisodes sont consacrés à la naissance du monde avant de se concentrer à Zeus, puis nous invite à la découverte des autres dieux et mortels.
Le mariage entre séquences animées et une riche iconographie choisie dans l’Histoire de l’art s’avère pertinent. Fresques, mosaïques ou tableaux représentant les dieux grecs alternent avec les belles silhouettes noires animées. Et puis, la voix de François Busnel joue énormément dans le plaisir à écouter; il se fait conteur en scénarisant la narration.
Ces dvd sont accessibles aux plus jeunes avec accompagnement des parents ( à partir de 8 ans). C.G.

Les 8 salopards (Quentin Tarantino)

note: 5Mais qui est donc l'imposteur ? Les bibliothécaires - 3 août 2017écoutez

L’intrigue des huit salopards se situe peu de temps après la guerre de Sécession. Le chasseur de prime John Ruth conduit sa prisonnière Daisy Domergue à Red Rock pour se faire exécuter et empocher la récompense attendue, mais évidemment rien ne va se passer comme prévu puisque le blizzard et les rencontres sur le chemin le contraignent à s’arrêter à l’auberge de Minnie. C’est dans ce huis-clos que nait la suspicion entre des personnages très différents les uns des autres. Tarantino fait monter la tension entre les personnages en entremêlant leur vie, ce qui finira par les conduire à un carnage digne d’un bon Pulp Fiction ou d’un bon Kill Bill. L’autre intérêt du film est de revisiter le western; on ne s’éternise pas sur les paysages mais sur le fond des personnages. R.V.

Un sac de billes (Christian Duguay)

note: 4La bille du souvenir Les bibliothécaires - 3 août 2017écoutez

Un sac de bille est le récit poignant de la fuite de deux frères juifs, Maurice et Joseph, vers la zone libre pendant l’occupation allemande, afin de retrouver leur famille. Christian Duguay montre toute l’ingéniosité et le courage de ces deux enfants. Il met également en exergue l’amour fraternel qui permet de faire face dans toutes les situations. Le film est une adaptation du roman éponyme de Joseph Joffo. Il est également vivement recommander de visionner le magnifique documentaire en bonus sur Joseph Joffo. Celui-ci, en compagnie du réalisateur, revient sur les lieux de son exil et partage avec nous ses impressions. C’est un fabuleux témoignage sur la réalité juive pendant l’occupation ; à voir et à revoir.

Inséparables (Sarah Crossan)

note: 5Un roman captivant pour les ados Les bibliothécaires - 7 juillet 2017écoutez

Inséparables raconte l’histoire de deux sœurs siamoises : Grace et Tippi.

Elles ont deux têtes, deux cœurs, quatre bras, deux jambes.

On ne leur donnait que quelques mois à vivre , et voilà qu’elles s’apprêtent à faire leur première rentrée au lycée, au milieu d’autres élèves.

Et ça les terrifie.

On va donc suivre les deux adolescentes dans leur découverte du lycée. On va aussi les voir affronter la violence du regard des autres.

Mais heureusement Grace et Tippi noueront aussi de belles amitiés …
Ce roman écrit en vers libres est captivant vraiment et ne laissera aucun lecteur indifférent. J. B.

Les légendaires n° 5
Coeur du passé (Patrick Sobral)

note: 1les légendaires c'est géniale! Fleur - 24 juin 2017écoutez

j'ai lu tous les légendaires et tous m'ont passioné ! Honnetenment j'attends avec impatience le dernier tome qui va normalement sortir! c'est une histoire fabuleuse! (moi mon héros préféré des légendaires dont je suis fan depuis que je lis les légendaires c'est ... SHIMY et oui :)

Joséphine Baker (Catherine Catel Muller)

note: 4J'ai deux amours Les bibliothécaires - 10 juin 2017écoutez

Avec Kiki de Montparnasse et Olympe de Gouges, Catel Muller et José-Louis Bocquet avaient déjà exploré le destin exceptionnel de deux femmes qui ont su marquer leur époque et leurs contemporains. Cette fois-ci, leur inspiratrice est une grande dame qui chantait qu’elle avait « deux amours : [son] pays et Paris »…

Américaine d’origine et Française d’adoption, Joséphine Baker a commencé à danser dans les rues de Saint-Louis avant de terminer sa carrière sur les plus grandes scènes internationales. Entre temps, elle a introduit le charleston en Europe, intégré les forces de l’armée de l’air pour le compte de la France libre, marché aux côtés de Martin Luther King pour les droits civiques des Afro-Américains, adopté douze enfants de différentes nationalités, et charmé les plus grandes personnalités du XXème siècle.
Un destin tumultueux que Catel et Bocquet se sont appliqués à croquer dans un pavé de plus de 500 pages, qui s’avale pourtant d’une traite tant la vie de l’artiste semble tenir du roman. Chaque pas de swing, chaque note de jazz sont rendus par l’expressivité et le dynamisme des dessins.

Le choix du scénariste de suivre chronologiquement les événements qui ont marqué la vie de Joséphine peut, à première vue, sembler indigeste, mais nous permet de mieux saisir l’évolution personnelle de la femme qui se cache derrière la vedette. Une évolution que l’on suit avec d’autant plus de plaisir et de surprise lorsque l’on se rend compte que Joséphine Baker a pratiquement croisé tous ceux qui ont modelé son époque. Reconnaissable à son pagne de bananes et à son léopard de compagnie, figure d’exotisme et d’excentricité, Joséphine Baker a pourtant su se forger une solide réputation auprès de la haute sphère politique et culturelle de son temps. Derrière l’image de la première icône noire internationale, Catel et Bocquet ont su dévoiler la femme dans toute son humanité et son expressivité. Une lecture enrichissante, que l’on pourra compléter, en fin d’ouvrage, avec la biographie complète de Joséphine Baker ainsi que celles, plus rudimentaires, des personnages qu’elle a croisés…

Le gourmet solitaire (Jirō Taniguchi)

note: 5itadakimasu ! Les bibliothécaires - 10 juin 2017écoutez

S’il fallait mal résumer ce manga, ça donnerait quelque chose du genre : « Bon ben c’est l’histoire d’un type qui a faim donc il mange ».
Mais plus sérieusement, on suit les promenades culinaires de monsieur INOGASHIRA, un commercial indépendant. Cet homme est assez basique, il n’a pas de réelle substance et aurait tout aussi bien pu être monsieur Marcel ou madame Bellerose, ce qui n’aurait pas changé grand-chose… Oui cela peut paraitre choquant de prime abord, mais on se rendra compte très vite que son rôle à lui n’est pas d’être intéressant, au contraire il se doit d’être le plus transparent possible pour laisser la part belle au reste.
Mais le reste c’est quoi ? Le reste c’est les plats appétissants que va engloutir le protagoniste. C’est la description des repas (et les dessins bien sûr) qui feraient saliver les plus perspicaces. C’est le cadre dans lequel sont commandés ces casse-croûtes, allant du petit boui-boui au restaurant familial, chaque lieu a sa propre atmosphère et on s’y projette sans le moindre mal.

L’intérêt de ce manga (autre que de donner faim) se situe aussi dans les explications à la fois sommaires et complexes qui accompagnent chaque plat. Anecdote sur l’aliment, conseils de préparation, etc... Le personnage à toujours un petit truc à dire à propos de tout. Alors, on aime ou on n’aime pas, mais on ne dit pas non avant d’avoir gouté : laissez-vous tenter et bon appétit bien sûr. T.V.

William Z Villain (William Z Villain)

note: 4Blues fantomatique Les bibliothécaires - 8 juin 2017écoutez

Sur cet album qui porte son nom, William Z. Villain fait tout ou presque. Guitare, piano, percussions, chant. Une musique brute, les deux pieds dans la poussière.
William Z. Villain fait entrer les sons de la nature sur son disque. Le bruit de l’océan ou un concert de criquets ! Mais c’est bel et bien du blues : un blues étrange notamment coloré par des jeux de voix, tantôt haute, tantôt basse. Quelques balades et des rythmes afro-cubains trouvent également leur place sur cet album-pépite. C.G.

Mademoiselle (Chan-Wook Park)

note: 4Thriller érotique à la sauce teryaki Les bibliothécaires - 2 juin 2017écoutez

Années 30, la Corée est colonisée par le Japon. Une jeune servante coréenne, recommandée par un comte japonais, entre au service d'une jeune et riche héritière japonaise, qui vit avec son vieil oncle.
Rapidement, le spectateur comprend qu’il s'agit d'une combine (entre le faux comte et la servante, complices) pour priver la jeune Japonaise de son héritage. Mais l'histoire ne fait que commencer....
Park Chan Wook, réalisateur coréen est passé maitre dans l’art de la manipulation. Le film est construit en 3 parties, chaque partie plus complète que la précédente et donnant à l'histoire un autre point de vue, une autre tournure, comme un thriller, un jeu de manipulation et de séduction passionnant. Victime ou complice, chaque protagoniste l’est tour à tour.
L’esthétisme est poussé à son paroxysme : photographie, décor ou costumes, tout est extrêmement stylisé et détaillé, peut-être trop parfois. C.G.

Je veux savoir pourquoi je suis noir ? (Julie Rey)

note: 5Pourquoi nait-on noir? Les bibliothécaires - 2 juin 2017écoutez

Falstaff a 12 ans. Les propos racistes d’un camarade d’école à son encontre lui font prendre conscience qu’être noir peut poser des problèmes… Il se tourne vers sa grand-mère blanche pour en savoir plus, pendant que sa cousine collégienne tente de se blanchir la peau…
Minimaliste, humoristique et lapidaire, cette courte pièce à trois personnages qui alterne dialogues et tirades plus introspectives aborde frontalement, la question des préjugés racistes et de la différence.
L’ensemble est très drôle, et d’une modernité un peu désabusée.
Ce titre est la première pièce de Julie Rey, une nouvelle venue à suivre sur la scène littéraire jeunesse. J.B.

Les artichauts (Momo Géraud)

note: 4Un livre sur les violences conjugales. Les bibliothécaires - 23 mai 2017écoutez

Ne vous laissez pas prendre à son visuel ; ce livre n’est pas une sempiternelle histoire sur les enfants qui détestent les légumes.

C’est le récit d’une petite fille qui tente de s’échapper par tous les moyens possibles quand à la maison retentissent les cris et tombent les coups !

C’est le récit d’une affligeante réalité que vivent nombre d’enfants au quotidien quand l’un de leurs parents frappe l’autre. J.B.

Tournée ! (Johanna Seban)

note: 5Quand la musique est bonne... Les bibliothécaires - 23 mai 2017écoutez

Qu’est-ce qu’un balafon ? Où est né le jazz ? Et le hip-hop ? Pourquoi Mozart était-il si petit ? Où se sont rencontrés John Lennon et Paul McCartney ? Comment fait-on un disque ?

Votre enfant trouvera les réponses à ces questions et à bien d’autres dans l’excellent documentaire : Tournée écrit à quatre mains par deux fans de musique !



La force de ce livre est de mêler plusieurs niveaux de lecture dans d’incroyables doubles pages illustrées : les plus petits découvriront les instruments et s’étonneront devant les cheveux violets des aficionados d’une soirée électro, tandis que les ados pourront découvrir toutes les étapes de la création d’un album et tout connaître des origines du hip hop pour briller devant leurs copains.

Les parents quant à eux pourront se régaler des anecdotes glissées par l’auteur au fil du livre...
JB

Fils de Jean (Le) (Philippe Lioret)

note: 5Chacun cherche son père Les bibliothécaires - 20 mai 2017écoutez

Un matin, la sonnerie du portable retentit, Mathieu apprend que son père vient de décéder. Sauf que son père, il ne l’a jamais connu. Il découvre ainsi que ce dernier vivait au Canada et qu’il a deux frères. Bien décidé à rencontrer cette famille inconnue, il s’envole au Canada pour assister à l’enterrement.
Des secrets de famille il en est évidemment question, ils nourrissent l’intrigue du film qui n'est pas spectaculaire mais brille par des petits détails et sa beauté émane des silences, des non-dits et des regards. C.G.

Broken Back (Broken Back)

note: 3Feel good music Les bibliothécaires - 5 mai 2017écoutez

Propulsé par internet, Broken Back sort enfin son album de « folk éléctro ». Le folk pour la voix éraillée et mélancolique ainsi que les thèmes des chansons, l’électro pour la production (percussions électro et synthé). On peut d’ailleurs lui reprocher un manque de variété car les morceaux ont la même couleur. Néanmoins, c’est une musique « feel-good » idéale pour attendre les beaux jours et ses apéros en terrasse !
C.G.

Radiant (Dj Pone)

note: 5Lumineux Les bibliothécaires - 15 avril 2017écoutez

Sur ce premier album solo, PONE s’affranchit de son passé de DJ et de membre du groupe Birdy Nam Nam. Ici aucune démonstration de turntablism (l'art de créer de la musique grâce aux platines à vinyles et aux disques vinyles) et de sa technicité sur ses treize pistes. Au contraire, Pone plonge l’auditeur dans un univers aérien et hypnotique. Il se rapproche un peu plus de cette nouvelle scène électro française (Superpoze, Petit Biscuit…) On aime cette musique électronique qui décloisonne les genres.

Carnaval jazz des animaux (Le) (Amazing Keystone Big Band (The))

note: 5Ça va swinguer ! Les bibliothécaires - 15 avril 2017écoutez

The Amazing Keystone Big Band poursuit son exploration de la musique classique avec cette réinterprétation jazzy et ludique de l’œuvre de Camile de Saint-Saëns. Ce conte musical propose de découvrir l’incroyable diversité du jazz. Chaque animal a son propre instrument et tous forment un orchestre qui swingue !
C’est une adaptation libre et pleine d’humour servie par la voix d’Edouard Baer. C.G.

Irréprochable (Sébastien Marnier)

note: 4Sans foi, ni loi Les bibliothécaires - 15 avril 2017écoutez

Sans emploi et sans domicile depuis un an, Constance, agent immobilier, quitte Paris et revient dans sa ville natale. Dans son ancienne agence, elle est recalée au profit d’une jeune femme. Dès lors, elle n’a qu’une idée en tête : récupérer ce poste.
Ce thriller psychologique distille un malaise rampant et anxiogène par sa mise en scène. Marina Fois incarne à merveille cette femme vénéneuse, limite sociopathe, susceptible de vriller à chaque instant mais totalement détachée de l’amoralité de ses actes. C.G.

Meurtres au potager du roy (Michèle Barrière)

note: 5A déguster sans modération Les bibliothécaires - 30 mars 2017écoutez

Dans le potager du roi Louis XIV, Benjamin Savoisy travaille sous la direction de La Quintinie, directeur des Jardins Potagers et Fruitiers du roi. Après que des champs de melons soient complètement dévastés et des jardiniers assassinés dans Paris, Benjamin mène son enquête…
Même si l’intrigue peut paraitre un peu légère, en revanche, le roman vaut surtout pour la richesse des descriptions des plats cuisinés tout en mettant en avant l'art culinaire français qui a pour objectif de régaler la cour du roi où les mélanges sucrés-salés font alors merveille.
A travers son récit, qui emmène les protagonistes de Versailles en Hollande puis en Angleterre, Michèle Barrière ne se contente pas de décrire la cuisine française de l'époque. Elle compare les cuisines, n'hésitant pas à introduire des défis gastronomiques entre certains personnages jusqu’à se livrer « une guerre » à travers des dialogues savoureux. Ce qui procure au final une lecture très plaisante, mêlant avec bonheur histoire, gastronomie et intrigue policière.
L'ouvrage se termine sur un recueil de saveurs et de senteurs composé de recettes de l’époque, comme le "potage à la Reine" ou les "œufs à la négligence". A déguster sans modération ! F.D.

Run Day Burst n° 1
Run day burst (Yūkō Osada)

note: 4Fast and Furious Les bibliothécaires - 28 mars 2017écoutez

Run Day Burst est un shonen écrit et dessiné par Yuko Osada. La série est terminée et comporte 8 tomes.
Run Day Burst est une course légendaire. Aucune règle, aucun itinéraire prédéfini, juste un point de départ, un point d'arrivée et une seule voiture gagnante. Par un concours de circonstance, la maison de Barrel est détruite par Trigger, un voleur conducteur de bolide, il décide de participer à la course à ses côtés.

Même si le scénario peut sembler un peu banal au premier coup d’œil on se rend vite compte qu’il propose quelques subtilités. En plus de la course on s’intéressera notamment aux relations entre les différents protagonistes, aux intrigues et objectifs personnels des héros, aux complots, alliances et trahisons.

Ce qui ressemblait à un énième shonen bateau se démarque finalement de la concurrence. C’est amusant, c’est prenant et beaucoup plus profond qu’il ne laisse paraitre. Une fois la série commencer on a aussitôt envie d’accompagner le jeune héros jusqu’à la ligne d’arrivée de cette course épique. N’attendez plus, 3..2…1… Partez !
T.V.

Hilda
Hilda et le géant de la nuit (Luke Pearson)

note: 5Hilda & les elfes Les bibliothécaires - 1 mars 2017écoutez

Hilda est une petite fille solitaire et rêveuse qui vit avec sa mère architecte au beau milieu des vallées. Leur quotidien s’écoule paisiblement jusqu’au jour où le petit peuple des elfes invisibles qui partageait alors la plaine avec elles manifeste son existence par de violents jets de pierre et la décision de les expulser de chez elles. Déterminée à demeurer dans la maison ancestrale, Hilda part à la découverte de la vallée, afin de comprendre ce qui a provoqué l’hostilité des elfes et mettre fin au conflit. Tout cela sous le regard silencieux et confus d’un géant millénaire qui arpente inlassablement les plaines toutes les nuits, indifférent à l’agitation des humains minuscules qui ont un jour chassé son peuple de la vallée…
Voilà une histoire poétique dont les péripéties rappellent le mystère et la féérie des contes ! Les aventures d’Hilda sont servies par un dessin naïf et enrichies de nuances dérivant des couleurs primaires, ce qui rapproche les illustrations du dessin animé et apporte du dynamisme à la narration.
Et comme tout conte qui se respecte, émergent à travers les pérégrinations de l’héroïne des préoccupations bien plus terrestres. Outre le merveilleux de l’intrigue, Hilda se voit contrainte de se mettre dans les souliers des elfes de la vallée, importunés par la géante qu’elle est, lorsqu’elle-même constate sa petitesse face au colosse nocturne.
Un récit qui pose des interrogations sur plusieurs échelles, allant de la simple cohabitation entre des êtres différents à la question du passage du temps.
Hilda et le géant de la nuit, premier d’une série de quatre (bientôt cinq) tomes, porte le regarde tendre de l’enfance sur l’absurdité du monde alentour, et saura toucher petits et grands. A lire sans aucune limite d’âge !

Petit pays (Faye, Gaël)

note: 4Goncourt des lycéens 2016 Les bibliothécaires - 1 mars 2017écoutez

Gaby, jeune garçon métisse (son père est belge, sa mère rwandaise) coule des jours paisibles à Bujumbura, capitale de ce Petit Pays. Il a la vie légère d’un jeune expatrié, partage son temps entre sa bande de copains et ses lectures. Puis surgit le divorce des parents, l’intrusion lente de la violence dans son quotidien et enfin le conflit au Rwanda, le pays voisin.
Petit Pays raconte la perte de l’innocence, le passage à l’âge adulte, la question de l’identité dans un langage visuel, original et plein de malice.

Divines (Houda Benyamina)

note: 4Bandes de filles Les bibliothécaires - 1 mars 2017écoutez

Dounia et Mamounia, deux adolescentes tchatcheuses et audacieuses, vivent en banlieue proche de Paris. L’école, elles n’y croient pas, mais aspirent à échapper à la misère de la manière la plus rapide. C’est dans la délinquance qu’elles trouvent leur voie notamment auprès de Rebecca, grosse caïd du quartier. A force de pugnacité, d’audace et d’ambition démesurées, Dounia gravit les échelons, s’enrichit et ne voit pas le piège se refermer sur elle.
Divines sont les comédiennes de cette tragédie. Solaires, enragées, insolentes, tendres…elles portent le film à bout de bras.
Il est vrai que le film traite d’une multitude de sujets (amitié, délinquance, amour, appât du gain, la misère, la banlieue) mais la cinéaste y insuffle tant d’énergie que ce film mérite d’être vu.

Victoria (Justine Triet)

note: 5Femme au bord de la crise de nerfs Les bibliothécaires - 1 mars 2017écoutez

Voilà le portrait tendre et complexe d’une femme d’aujourd’hui. Submergée par son quotidien, un brin dépressive, sacrément bordélique, une vie amoureuse quasi nulle, et un ex mari « blogueur » littéraire, Victoria Spick, avocate et mère de deux fillettes, est au bord de la crise de nerfs. Lorsque son meilleur ami, accusé d’avoir voulu poignardé sa compagne, lui demande de le défendre, elle voit sa vie basculer.
L’une des réussites du film est d’osciller entre comédie faussement sentimentale et comédie dramatique ; c’est drôle et angoissant à la fois. Cette ambiguïté permanente donne au film un rythme singulier et frénétique qui n’épargne rien au spectateur.

Transsiberian (Thylacine)

note: 5Du vent dans les plaines Les bibliothécaires - 1 février 2017écoutez

Conçu comme une expérience narrative musicale, l’album électro de Thylacine propose un voyage à travers la Russie. Thylacine embarque à bord du transsibérien muni de ses ordinateurs, quelques claviers et autres instruments. Au fil des kilomètres parcourus, le voyageur compose des morceaux inspirés par les étendues et les rencontres entremêlant sons, voix et chants indigènes enregistrés tout le long du périple.
Transsiberian fait partie de ces album-concepts attachants qui nous font voyager sans se déplacer !

Effet aquatique (L') (Solveig Anspach)

note: 4Le gout du chlore Les bibliothécaires - 1 février 2017écoutez

Samir remarque Agathe au comptoir d’un troquet parisien. Coup de foudre immédiat. Quand elle apprend que celle-ci est maître-nageur à la piscine de Montreuil, il décide de prendre des cours de natation pour l’approcher. Et pourtant Samir est comme un poisson dans l’eau. Un rapprochement s’opère mais des lors que le subterfuge se dévoile Agathe chasse Samir. Agathe déteste le mensonge ! Elle s’envole vers l’Islande où se tient le Congrès des maîtres-nageurs, son amoureux à sa poursuite. S’ensuivent une rocambolesque série de mensonges, quiproquos, courses poursuite à travers les grands espaces islandais.
Ce mois-ci, c’est encore une jolie comédie (romantique) que nous choisissons comme coup de cœur. La réalisatrice Solveig Anspach mêle habilement la comédie burlesque et poétique, le romantisme et une pincée de surréalisme. Mention spéciale pour la drôlerie de la première partie du film centrée autour de la piscine de Montreuil.

Calcium végétal (Géraldine Olivo)

note: 5A la recherche du calcium végétal Les bibliothécaires - 25 janvier 2017écoutez

À l’heure du « manger mieux » les produits laitiers sont remis en question et d’aucuns s’interrogent car il est depuis longtemps établi que leur place
dans l’alimentation est primordiale par leur apport en calcium indispensable pour rester en bonne santé.
J’ai aimé ce livre qui propose des alternatives ( calcium végétal) et des recettes et donne au lecteur des pistes de réflexion.
Je conseille ce livre à ceux qui comme moi préfèrent manger une poignée d’amandes ou une assiette de brocoli plutôt que de boire un verre de lait !

Monster allergy n° 1
Coup de poudre (Katja Centomo)

note: 4Allergique aux monstres : s'abstenir Les bibliothécaires - 4 janvier 2017écoutez

Monster allergy, de Centomo Katja (dont le premier tome est sorti en 2003) raconte l’arrivée de la jeune Elena Patate, de la disparition de son chat, et de sa rencontre avec le second protagoniste Zick, le jeune garçon bizarre du quartier. Zick fait partie des rares humains pouvant voir les monstres (omniprésents mais invisibles en temps normal). Ensemble ils partent à la recherche du chat de la demoiselle et tombent très vite sur une affaire bien plus grande que ce à quoi ils s’attendaient.

On reste donc sur le thème de l’enquête et des monstres, mais le récit est plus travaillé, les dessins semblent plus matures et surtout les deux héros ont un réel impact sur l’histoire.

Archibald n° 1
Pourfendeur de monstres (Hyun-Min Kim)

note: 2Un peu fade Les bibliothécaires - 4 janvier 2017écoutez

Archibald jeune garçon mis à l’écart dans son village, se passionne pour le surnaturel et plus particulièrement les monstres, il tient une boutique de quincailleries et d’antiquité avec son grand-père, tout aussi farfelue que lui.
Un beau jour, il reçoit un courrier mystérieux dans lequel un certain Monk lui demande de mettre de côté un jarre. Jarre qui bien évidemment est volé la nuit même, s’en suit alors une traque jusqu’au voleur qui va faire découvrir à Archibald un tout nouveau monde.

Cette BD plaira aux amateurs de monstres et/ou d’enquêtes, les dessins sont, bien qu’un peu simples, efficaces, et l’histoire se laisse suivre sans réelle difficulté.
Archibald Pourfendeur de monstre s’adresse surtout à un public jeune (6/9 ans), c’est mignon, c’est rigolo, et c’est tout. Si l’on gratte un peu, on se rend compte que le héros est fade et totalement remplaçable et que les gags sentent autant le réchauffé qu’un plat tout prêt sortant du micro-ondes. Archibald ne laisse pas un souvenir impérissable et on aura tôt fait de l’oublier quelques jours après l’avoir lu. T.V.

loi de la jungle (La) (Antonin Peretjatko)

note: 4Aventure délirante Les bibliothécaires - 4 janvier 2017écoutez

Marc Châtaigne, un stagiaire du ministère de la Norme, se voit confier une mission délicate par le directeur de cabinet du ministre : se rendre en Guyane pour surveiller la mise aux normes européennes du chantier Guyaneige, la première piste de ski indoor d’Amazonie. Sur place, Châtaigne se lance dans la visite des sites du chantier pour vérifier que tout est bien en règle. Pour y accéder, il est accompagné de Tarzan, jolie stagiaire à l’Office national des forêts qui lui sert de chauffeur…
Décollage immédiat pour 1h40 de délire !
Cette comédie ovni grouille de scènes comiques burlesques et complétement absurdes, de répliques triviales et profondes et n’oublie surtout pas de moquer l’administration française, les politiques et projets économiques déconnectés de la réalité et la précarisation de toute une génération condamnée aux stages. C.G.

Eusa (Yann Tiersen)

note: 5Carte postale d'Ouessant Les bibliothécaires - 4 janvier 2017écoutez

Eusa signifie Ouessant en breton et c’est bien une carte postale sonore de l’île que nous offre Yann Tiersen. Dix titres interprétés au piano pour dix localisations de cette île, chère au cœur du pianiste. Il s’est imprégné de ces lieux pour extraire des compositions musicales épurées au piano. C’est d’ailleurs un retour aux sources pour Yann Tiersen dont les premiers albums, plutôt dépouillés, font la part belle au piano.
Les interludes musicales Hent entre chaque morceau apportent une respiration supplémentaire et évitent la monotonie. Les compositions demeurent émouvantes (Pern), parfois mélancoliques (Porz Goret) mais aussi très lumineuses (Kadoran).

L' école Crinoline n° 1
Une rentrée de princesse (Serge Carrère)

note: 5L'ecole Crinoline Mara - 24 décembre 2016écoutez

Tres bien!

The Assassin (Hsiao-Hsien Hou)

note: 4Superbe tragédie Les bibliothécaires - 3 décembre 2016écoutez

Dans la Chine du IXe siècle, Nie Yinniang a été éduquée par une nonne qui en a fait un des plus redoutables assassins du pays. Mais Yinniang se laisse encore trop porter par ses sentiments et sa maîtresse lui ordonne de retrouver sa famille pour assassiner son propre cousin Tian Ji'an, qui défie ouvertement l'empereur. Mais Yinniang est toujours amoureuse de Tian Ji'an auquel elle fut autrefois promise. Rapidement, elle révèle son identité au gouverneur et se retrouve placée devant un dilemme : sacrifier son amour ou trahir l'ordre des assassins auquel elle appartient.
Hou Hsia Hsien s’attaque pour la première fois au genre du wu xia pai, le film d’arts martiaux. Les amateurs de combats interminables avec suspension dans les airs seront vite déçus. Ces scènes de combat sont courtes et minimalistes. L’essentiel est ailleurs et précisément dans ce qui ne se dit pas mais ce qui se ressent. En effet, l’intrigue peut paraitre déroutante car le cinéaste élude l’aspect purement narratif. En revanche, le spectateur vit une expérience de cinéma, et doit se laisser porter par la mise en scène. Les scènes en extérieures sont époustouflantes de beauté portées par une lumière splendide. Un soin particulier est également apporté aux décors et aux costumes.

Le Père Noël dans tous ses états (Valérie Dayre)

note: 4Le père Noel est un homme comme les autres? Les bibliothécaires - 3 décembre 2016écoutez

Ce livre sort des sentiers battus et de toute l’imagerie d’Épinal autour du Père Noël.
Il s’agit ici d’un homme, un homme comme tous les autres avec des besoins et un quotidien.
L’aspect sérigraphié de l’illustration contribue à l’atmosphère troublante.
Voici un album grave qui pourra difficilement être lu sans accompagnement mais peut susciter questions et débats.

La dernière année ou Pourquoi et comment le Père Noël décida d'arrêter et pourquoi il ne recommença jamais (Thierry Lenain)

note: 5Comme dans un film de Franck Capra... Les bibliothécaires - 3 décembre 2016écoutez

Et voilà qu’un jour, le Père Noël est fatigué, un peu las peut-être, vieillissant aussi – ça use comme métier, Père Noël – quelque chose se casse.
Une hésitation, un doute… et il sait que cette année sera sa dernière année.
Pour ne pas léser les enfants qui lui ont écrit, il informe leurs parents de sa décision et, le cœur léger, s’en va vivre une autre vie.
Une vie au service des enfants, encore, mais de ceux pour qui Noël est un jour maigre comme les autres.

Voilà un bien beau livre et une vraie histoire de Noël, qui remet l’humain au cœur de la «magie de Noël» comme dans un film de Frank Capra.

Cette nouvelle collection, Trimestre, fait le lien entre album et premiers romans. Une collection pour les enfants à partir de 8 ans

Putain de guerre ! (Jacques Tardi)

note: 4Putain de guerre Les bibliothécaires - 23 novembre 2016écoutez

Avec cette édition intégrale, Jacques Tardi revient à nouveau sur l’horreur et l’absurdité de la Première Guerre Mondiale. Accompagné de l’historien JP. Verney, ils nous délivrent un récit très agréable à lire où les dessins parlent souvent d’eux-mêmes, où la narration est plutôt concise au profit d’illustrations nombreuses. La guerre est racontée dans l’ordre chronologique en mêlant épisodes marquants de la Grande Histoire et vie du soldat pris dans la tourmente.

C’est par les yeux du narrateur, un soldat anonyme, ancien ouvrier tourneur devenu soldat malgré lui, que les auteurs nous montrent l’absurdité des décisions prises par les chefs militaires, les révoltes de soldats, les fusillés pour l’exemple, les procès sommaires où des soldats sont condamnés à mort, l’engagement dans le conflit des pays alliés et celui des colonies françaises… mais aussi la boucherie et l’horreur avec les désastreuses conditions de vie dans les tranchées, la violence des affrontements, la peur permanente, les blessés mutilés à vie, « les gueules cassées »… une dénonciation en règle de cette « Putain de guerre ! ».

Vivre près des tilleuls (AJAR)

note: 4Universalité de l'émotion Les bibliothécaires - 9 novembre 2016écoutez

Thème difficile mais dans une langue magnifique grâce à un style concis, juste, sensible et pudique à la fois, où l'universalité de l'émotion prend tout son sens.
Les auteurs : L’Ajar est un collectif d’auteurs, une association de jeunes auteur-e-s romand-e-s, et ce roman est le premier de cette association-union. Un intrigant projet littéraire : celui de construire un texte d’une seule voix, à 18.
Le sujet : Esther Montandon est une écrivaine suisse bien fictive et pourtant si réelle. Elle n’a pas écrit beaucoup, 4 livres, et surtout elle a arrêté toute production d’écrits après la mort accidentelle de sa fille, Louise, le 3 avril 1960. Tout ce qui précède a disparu volontairement par les flammes. Et pourtant, plus de 50 ans après, Vincent König, le dépositaire des archives d’Esther Montandon, retrouve par hasard les fragments d’un journal tenu dans les deux années qui ont suivi la disparition de sa fille.
Au fil des pages, se dessine le deuil d'une mère, les souvenirs, le manque, la souffrance causée par la perte. L'écriture très touchante et la succession de chapitres très courts rythment la lecture et accentuent l'intensité émotionnelle. Puis, on se rend compte que ce livre n'est pas tout à fait ce qu'il paraissait être au départ. L'originalité de cet ouvrage réside dans le procédé d'écriture qui s'avère une véritable prouesse tant la narration est fluide et cohérente, d’une grande beauté littéraire.

Pour autant, Romain Gary et Emile Ajar s'accordent à dire que....« L'humour est une déclaration de dignité, une affirmation de
la suprématie de l'homme sur ce qui lui arrive. »
En russe, Gary signifie « brûle » et Ajar, « la braise ». Pour l'un et l'autre, il s'agit bien de démultiplier les opportunités identitaires, de toujours renaître de ses cendres, de tordre le cou à la réalité par l'assaut de l'humour, aussi cynique soit-il.... Et à l'inverse ici, la pluralité réussit parfaitement son unification...
Alors Ajar aurait-il mal vieilli, ne répondant plus à la devise de son maître, ni par l'humour transcendental ni par la démultiplication du "je"?

Atmosphères (Tigran Hamasyan)

note: 5Lyrisme mélancolique Les bibliothécaires - 4 octobre 2016écoutez

Tout dépend de l’état d’esprit et de l’humeur de l’instant présent. Si le moment est propice, on s’immerge avec délices dans le lyrisme mélancolique d’Atmosphères, un double album ambitieux.
Tigran Hamasyan et ses comparses norvégiens se sont enfermés trois jours durant pour délivrer cet opus totalement improvisé. On se balade entre mélodies orientalisantes, superbes envolées romantiques du piano et quelques incursions électroniques.

Chemins toxiques

note: 4Thriller écolo Les bibliothécaires - 4 octobre 2016écoutez



Un très bon thriller écolo pour les jeunes ados à partir de 11 ans.
On y découvre entre autres une ferme-laboratoire mystérieuse, une boue d’écume qui provoque un urticaire géant qui se développe à vitesse grand V.
un savant fou, et Tamaya une jeune fille discrète et courageuse…

Les chansons que mes frères m'ont apprises (Chloé Zhao)

note: 4Rester ou partir... Les bibliothécaires - 3 septembre 2016écoutez

Dans une réserve, dans le Dakota du Sud, Johnny vient de finir ses études et envisage de quitter sa région natale pour Los Angeles. La mort accidentelle de son père et l’attachement à sa jeune sœur vont bouleverser ses projets.
La réalisatrice filme cette communauté au plus près, soulignant la force des traditions ancestrales lentement érodées par l’inéxorable faillite des habitants de cette communauté. Trafic d’alcool, petits larçins, ennui chronique. Les étendues sauvages, magnifiées par le travail de la photographie, enferment davantage les personnages que ne les libèrent.
C’est un magnifique film sur la perte de l’innocence, sur l’émancipation. Néanmoins, il n’y a pas de pathos et on s’attache à la jeune Jashaun qui porte en elle une forme d’espoir.

Konono N°1 meets Batida (Konono N° 1)

note: 5album de transe joyeuse et électrique ! Les bibliothécaires - 3 septembre 2016écoutez

Quand un DJ portugais né en Angola (Batida) rencontre un groupe congolais (Konono n°1), ça donne cet album de transe joyeuse et électrique.
Ce groupe congolais s’empare du Likembé, un instrument traditionnel composé de tiges de métal fixées sur une caisse de résonnance. Cet instrument désormais électrifié est au cœur de tous les morceaux ensorcelants et surpuissants.
Une boule d’énergie pour une invitation à la danse. Le remède idéal pour oublier la rentrée !

Le voyage en poisson (Tom Seidmann-Freud)

note: 4Voyage en poisson Les bibliothécaires - 2 juillet 2016écoutez

Dans cet album enchanteur et joliment dessiné nous suivons les aventures d’un jeune garçon nommé Peregrin qui est en train de rêver.
Il marche dans une rue où tout semble désolé avec pour seule compagnie Nickeling, son poisson rouge, quand soudain celui-ci se met à grandir jusqu’à prendre toute la place de la chaussée. Nickeling lui propose alors de l’emmener découvrir le monde sur son dos, et finit par le déposer sur un rivage non loin d’un village.
Peregrin, seul, inquiet et trempé par le voyage est alors accueilli par des enfants et emmené chez eux. Là-bas, il fait bon vivre, les gens sont gentils et attentionnés les uns envers les autres, on ne manque de rien, et le concept de monnaie n’existe pas.
Reconnaissant envers Nickeling, le petit Peregrin l’appelle afin de le remercier quand soudain, le rêve prend fin.
Laissant le jeune homme, et nous même, revenir à la réalité fortement touché par cette excursion (trop courte) dans ce paysage si idyllique.

/!\ l’histoire étant assez longue, elle convient plus aux enfants d’au moins 6 ans.

Le cinquième enfant (Doris Lessing)

note: 5A relire encore et encore Les bibliothécaires - 2 juillet 2016écoutez

Un roman troublant sur une famille qui avait tout pour être heureuse jusqu’à l’arrivée d’un cinquième enfant. Roman se lit d’une traite, très bouleversant, ne laisse personne indifférent. Tout le long du roman on essaie de trouver une solution….

Sword Art Online (Kawara Reki)

note: 3Adaptation du Manga Les bibliothécaires - 1 juillet 2016écoutez

Sword Art Online est un jeu vidéo futuriste de Type MMO. Ici pas de place pour les manettes ou claviers puisque le jeu se passe dans une réalité virtuelle où le personnage n’est autre que le joueur lui-même.
Seulement un jour, les quelques milliers de joueurs connectés se retrouvent coincés dans cet univers et comble du malheur les règles du jeu changent drastiquement : quiconque trouvera la mort dans ce monde, mourra aussi dans le monde réel et le seul moyen de rentrer chez soi est de finir le jeu.

{A savoir} Ce roman est une Adaptation du Manga et de l’animé du même nom.

Il s’adresse principalement à deux types de lecteurs, les amateurs de Fantasy et les curieux qui souhaitent découvrir la littérature Japonaise mais qui ne sont pas tentés par le support manga.

Cependant rassurez-vous, même si vous n’appartenez pas à l’une des deux catégories citées plus haut, vous passerez tout de même un agréable moment en le lisant.

Cats (David Mallet)

note: 3Un spectacle mythique Les bibliothécaires - 1 juillet 2016écoutez

Joué dans 300 villes, traduit en 15 langues, récompensé par 7 Tony Awards et 2 Olivier Awards, CATS remporte un véritable triomphe totalisant 73 millions de spectateurs dans le monde depuis 1981.A l’origine de ce succès, les magnifiques poèmes de T.S Eliot admirablement mis en musique par le célèbre compositeur Andrew Lloyd Webber dont la mythique chanson « Memory ». Laissez-vous aussi subjuguer par la beauté des costumes, des maquillages et des décors, la puissance et la grâce des chorégraphies servies par une troupe à vous couper le souffle. Joué en français, le spectacle parisien reprend à l’identique la mise en scène de la nouvelle production londonienne, revisitée par l’équipe créative originale : le metteur en scène Trevor Nunn, la chorégraphe et metteur en scène associée Gillian Lynne, le scénographe John Napier et le compositeur Andrew Lloyd Webber.

Je m'appelle livre et je vais vous raconter mon histoire (Agard, John)

note: 4Un document qui se lit comme un roman ! Les bibliothécaires - 1 juillet 2016écoutez

Stendhal écrivait que le roman était un « miroir qu’on promène le long d’un chemin ». Le chemin que ce roman-ci tente de retracer s’avère être celui du livre même : lassé de relater l’histoire des autres, le livre nous dévoile à présent la sienne.
Il fait remonter le lecteur sur les berges du Nil où se cueillait et s’enroulait le papyrus, s’arrête dans les austères scriptoria des moines copistes puis voit fleurir les librairies de gare du XXème siècle, avant de se dérouler à nouveau sur les smartphones et tablettes (qui ne sont plus en cire !).
Il nous rappelle qu’avant de garnir à foison nos bibliothèques municipales, le livre a été un objet sacré au Moyen-Âge, impertinent sous les révolutions, dangereux entre les mains des dictateurs. Que bien avant de pouvoir le glisser dans notre poche, le corner et l’abîmer, il fut une rareté que l’industrialisation fit démocratiser.
Je m’appelle Livre… est un hommage au livre, rendu avec humour et simplicité, où jeunes et moins jeunes verront se mêler aspects documentaire et romanesque. On regrettera cependant l’absence d’une frise chronologique ou d’un glossaire récapitulatif qui auraient pu accentuer la clarté du propos.
Un document qui se lit comme un roman !

Blues (The) (Memphis Minnie)

note: 3Une grand dame Les bibliothécaires - 1 juillet 2016écoutez

Avec une carrière de musicienne professionnelle qui dure plus de cinquante ans, Lizzie Douglas- dite Memphis Minnie - d'après la petite souris de Walt Disney – demeure comme l’une des plus importantes artistes de l'histoire du blues.
(Re)-découvrez son œuvre impressionnante grâce à cette anthologie qui nous fait voyager. Embarquez pour un aller simple en Louisiane dans les années 30-40. Profitez des duos de guitare parfaits, des chefs-d’œuvre du country blues en solo et de certains des grands moments du Chicago blues.
Son influence a été énorme, elle était la reine du blues.

Le caillou (Thierry Dedieu)

note: 4Le caillou Les bibliothécaires - 1 juillet 2016écoutez

L'auteur a écrit cet album engagé après les attentats de janvier 2015. C'est un ouvrage qui parle de destructions et de la folie des hommes. Ce livre sec et fort parle aux enfants des tragédies du monde et de la nécessité de préserver la culture en référence aux exactions des barbares et autres talibans.

Highspeeds (Elliot Moss)

note: 5Electro folk mélancolique Les bibliothécaires - 1 juillet 2016écoutez

Elliot Moss appartient à cette famille de multi-instrumentiste-producteur naviguant entre folk pour l’écriture et la guitare et les nappes électro.
Son penchant pour cette soul électro rappelle James Blake ou Chet Faker sur certains morceaux. C’est un album mélancolique qui vous transporte vers de formidables paysages sonores.