recherche

REVODOC

Recherchez dans d'autres bibliothèques du Val d'Oise

Lire l'article complet
Partager "REVODOC" sur facebookPartager "REVODOC" sur twitterLien permanent
Prochains évènements

5-7 rue de Mora
Enghien-les-Bains

01 34 28 42 28

mediatheque@enghien95.fr

Mardi 10h-12h / 14h-18h

Mercredi & Samedi

10h-18h
Vendredi 10h-12h / 14h-19h
Partager "Horaires" sur facebookPartager "Horaires" sur twitterLien permanent

 

Partager "lien de sites internet" sur facebookPartager "lien de sites internet" sur twitterLien permanent
AccueilCritique

Critique

 

Le premier homme (Jacques Ferrandez)

note: 5Une superbe adaptation d’une œuvre encore trop méconnue… Les bibliothécaires - 21 décembre 2017

Le manuscrit du roman "Le premier homme", a été retrouvé dans la voiture qui, le 4 janvier 1960, percuta un platane, tuant Albert Camus sur le coup. A ses côtés, 144 pages rangées dans une sacoche en cuir. L’œuvre sera publiée plus de 30 ans après, en 1994.

C’est à partir du texte du roman, mais aussi des brouillons d'Albert Camus et de ses petites notes prises sur des enveloppes, des tickets de métro que Jacques Ferrandez accomplit ici un véritable exercice de reconstitution. Toute cette matière lui a servi, non pas à remplir des blancs, mais à adapter, avec merveille, une fois encore, cette œuvre inachevée pour laquelle Albert Camus avait de grandes ambitions, un peu comme son "Guerre et paix", une trilogie basée sur l'amour et la fraternité.

Grâce à son travail, Jacques Ferrandez présente une version dessinée ultra-respectueuse de l’œuvre de l’écrivain qui est autant historique, idéologique, qu’autobiographique.
On y retrouve la lumière et les magnifiques paysages méditerranéens qu'il sait si bien peindre. Le dessinateur nous plonge dans l'enfance de Jacques Cormery (A. Camus lui-même) en Algérie, en nous décrivant, à la fois, la relation si particulière qu’il entretenait avec son instituteur qui lui offrit la possibilité d'étudier, et nous montre également comment il s’est construit.
A travers l'histoire familiale du personnage, l’auteur nous livre aussi l’histoire de ces Européens venus bâtir une nouvelle vie en Algérie, restituant la dureté de leurs vies, leur quotidien, puis les tensions des années 50 liées à la décolonisation.

Commencée avec ses "Cahiers d'Orient", poursuivie avec l'adaptation de "L'hôte", puis celle de "L'étranger" et maintenant avec "Le premier homme", Jacques Ferrandez continue à apporter un éclairage saisissant, à la fois, sur l'histoire qui lie la France à l'Algérie, mais aussi sur l'œuvre d'Albert Camus.
Une lecture qui ne laissera personne de marbre…
F. D.