recherche

REVODOC

Recherchez dans d'autres bibliothèques du Val d'Oise

Lire l'article complet
Partager "REVODOC" sur facebookPartager "REVODOC" sur twitterLien permanent
Prochains évènements

5-7 rue de Mora
Enghien-les-Bains

01 34 28 42 28

mediatheque@enghien95.fr

Mardi 10h-12h / 14h-18h

Mercredi & Samedi

10h-18h
Vendredi 10h-12h / 14h-19h
Partager "Horaires" sur facebookPartager "Horaires" sur twitterLien permanent

 

Partager "lien de sites internet" sur facebookPartager "lien de sites internet" sur twitterLien permanent
AccueilCritique

Critique

 

Après la tempête (Kore-eda Hirokazu)

note: 4L'espoir empêche de vivre Les bibliothécaires - 3 janvier 2018

Dans son film Après la tempête, le réalisateur Kore-Eda dresse le portrait mélancolique d’une famille japonaise d’aujourd’hui, distillant par petites touches une note d’espoir à travers l’histoire d’un père qui essaie de reconquérir sa famille. Ryota, ancien écrivain prometteur, devenu détective privé, possède les mêmes travers que son défunt père: il joue aux courses, ment pour soutirer de l'argent à son entourage, et contraint ainsi son ex-femme Kyoko à le menacer de payer la pension alimentaire afin que celui-ci puisse voir son fils. Les deux personnages s’opposent : elle souhaite avancer, se reconstruire dans une nouvelle relation, tandis que lui cherche désespérément à redorer son blason de père et d’époux. Puis soudain, l’espoir renait lorsque la famille est à nouveau réunie. Fidèle à la tradition cinématographique japonaise, Kore-Eda se révèle être le digne héritier d’Ozu par les thèmes qu’il aborde, notamment celui de la famille ou en puisant dans les nombreux problèmes sociétaux japonais. Il parvient à créer une histoire à partir de petits moments de vie banals.
La morale de cette fable pourrait être que les blessures ne s’effacent jamais totalement, et qu’il reste toujours l’espoir que les choses s’améliorent comme le calme qui se dessine après tempête.