recherche

REVODOC

Recherchez dans d'autres bibliothèques du Val d'Oise

Lire l'article complet
Partager "REVODOC" sur facebookPartager "REVODOC" sur twitterLien permanent
Prochains évènements

5-7 rue de Mora
Enghien-les-Bains

01 34 28 42 28

mediatheque@enghien95.fr

Mardi 10h-12h / 14h-18h

Mercredi & Samedi

10h-18h
Vendredi 10h-12h / 14h-19h
Partager "Horaires" sur facebookPartager "Horaires" sur twitterLien permanent

 

Partager "lien de sites internet" sur facebookPartager "lien de sites internet" sur twitterLien permanent
AccueilCritique

Critique

 

Les mythes du Cthulhu (Howard Phillips Lovecraft)

note: 4Entre littérature et bande dessinée, les monstres sans visage sont bien là Les bibliothécaires - 18 avril 2018

Howard Phillips Lovecraft (1890-1937) fait partie de ces écrivains qu’on ne présente plus. Il est entre autres l’auteur du Mythe de Cthulhu et est, avec Edgar Allan Poe, un des auteurs de récits d’horreur les plus influents du XXème siècle. De son côté, Alberto Breccia (1919-1993) est un auteur de bande dessinée argentin, principalement connu pour ses œuvres de science-fiction, biographies et comic strips (il fonda avec Hugo Pratt l’Ecole Panaméricaine d’Art de Buenos Aires).

En 1979, il publie Les Mythes de Cthulhu, adaptée des textes de Lovecraft (adaptation en collaboration avec Norberto Buscaglia). Cette bande dessinée reprend quelques nouvelles de l’auteur du Mythe, tirées de différents recueils (La Couleur tombée du ciel, Je suis d’ailleurs, etc.) et mises en images par Breccia. Avec cette BD, Breccia pourrait presque être appelé, non pas dessinateur, mais peintre de bande dessinée, tellement ses images sont de l’ordre de la création plastique, mêlant collage, peinture, traits de crayon, de pinceau… Tantôt du côté du dessin académique (portraits réalistes, un trait fin et soigné), tantôt dans l’informe (avec des coulures de peinture, d’encre de chine, des collages asymétriques…), Breccia s’accorde parfaitement aux récits d’horreur de Lovecraft qui, lui-même, nous fait passer d’un monde où règne la folie, à un monde de cauchemar où vivent des créatures issues de la peur des hommes…

Les adorateurs lovecraftiens ne seront pas déçus par cette bande dessinée car on y retrouve toute l’horreur invisible décrite par Lovecraft dans ses nouvelles. Le texte se mêle directement aux dessins, tel un roman illustré, et l’adaptation qui en a été faite reste fidèle aux textes originaux (certains passages ont été condensés, voire retirés, mais sont entièrement résumés dans les images). Si vous ne connaissez pas Lovecraft, la bande dessinée de Breccia est l’occasion de découvrir ce monde terrifiant, qui aura inspiré des auteurs comme Stephen King, Alan Moore, ou encore Clive Barker.
A. M.